Year: 2015

Rémi Berchet

Rémi Berchet, concerto pour freerider

Partager

Loin d’ici il y a longtemps de cela, mon prof de musique au collège avait un catogan filasse (je n’ai rien contre les catogans), le teint cireux (ni contre les teints cireux, d’ailleurs) et une psychorigidité maladive concernant la mesure parfaite à la flûte à bec (là, par contre…). Mais c’était loin d’ici il y a longtemps de cela. Bref, rien à voir avec ce que doivent percevoir les collégiens de Bourg Saint Maurice (Savoie) en voyant leur professeur de musique, Rémi Berchet, franchir le seuil de sa classe. Car Rémi est un soliste montagnard, qui vit au plus proche des ses passions, entre ski alpin l’hiver et course à pied l’été. En août dernier Rémi était ainsi sur la ligne de départ de la splendide course TDS (Traces des Ducs de Savoie) qui s’étale sur 119 km de de sentiers de Grande Randonnée du pays du Mont Blanc. Il abattra ainsi cette année les 7 250m de dénivelé positif en 15h13’40, pour terminer au pied du podium ! Mais l’heure est déjà à la saison hivernale, histoire pour …

Partager
Scotland by Zeppelin

Hebrides Express – par Jeanne T. & MPQ.

Partager

  Cinq jours. C’est tout ce que l’on a. Pour un aller-retour sur l’île de Mull c’est largement suffisant. Sur ces même routes il y a 8 ans, avec un ami, nous effectuions notre défloraison écossaise à bord d‘un van. Les raisons pour reprendre la route cette année sont nombreuses et sympathiques ! Un reportage avec les Zeppelins, et surtout célébrer le 10 ème anniversaire de la découverte d’un petit coin de paradis écossais. De retour 10 ans plus tard sur les one-track roads, c’est au tour de Jeanne de nous livrer récit et images. MPQ.   On a renoncé au Bal des pompiers pour une chevauchée fantastique à travers l’Angleterre et l’Ecosse. Paris-Calais-Douvres- Liverpool- Corran- Lochaline – Mull Island. MPQ. récupère l’Esquisse (le van aménagé par We Van) à Nantes et me rejoint à Paris. En prévision des 20 heures de route qui nous attendent, on va puiser un peu d’énergie au concert que donne le groupe folk June Bug chez un disquaire de Barbès. M. a prévu un timing serré. Aux alentours de Glasgow, nous avons rendez-vous …

Partager
Race

Se la couler douce en Transat

Partager

Le transat est un acquis social historique. Remercions Léon B. et son Front P. qui en 1936 eurent le bon goût d’instaurer les congés payés, et, par la même occasion, la mode du transat. Sur les plages, de solides toiles de couleurs tendues sur leurs châssis en bois inclinables remplacent alors les chaises en rotin d’antan. Mais si le transat est acquis social il est également apocope. Il nait ainsi d’une modification phonétique de “transatlantique”, et de l’utilisation première de ce type de siège sur les paquebots transatlantiques. Car ne nous méprenons pas, c’est bien de cela dont il s’agit : la traversée de l’Atlantique en solitaire d’Armand de Jacquelot en Mini 6,50, plus petit voilier de course au large au monde. Et la solide toile de couleur tendue devient grand spi bleu. Abracadabra. Armand, skipper du n°755 We-Van, est ainsi samedi 19 septembre 2015 sur la ligne de départ de la célèbre Minitransat qui relie Douarnenez à Pointe- à-Pitre. Lui qui continue de dessiner des bateaux comme quand il était enfant – c’est son métier – s’apprête donc à vivre son rêve de gosse : traverser l’atlantique sur un canot à peine plus grand que …

Partager
We-Van by Kampes Nomads

La vie en camper-van : destination surf – par Kampes Nomads

Partager

Nous avons testé un Camper-van de l’agence We-Van pour profiter des célèbres spots de surf du Pays Basque dans le Sud-ouest de la France. Nous avons choisi « l’Esquisse », un Camper van 2 places, aménagé sur un châssis Volkswagen, pour un voyage itinérant mêlant sobriété, efficacité et confort. Louer ce Camper-van pour réaliser notre Surf trip fût clairement la meilleure option. Quand surfer fait partie intégrante de ton quotidien, suivre les prévisions météorologiques et « chasser » les vagues deviennent tes priorités. Pour cela, le mieux est d’être mobile et de se rendre directement sur place, ce qui signifie rouler de longues distances parfois avant de trouver le spot parfait. L’avantage avec un Camper-van, est de pouvoir se garer à proximité et même parfois face à notre terrain de jeu, pour se jeter à l’eau dès les premières lueurs matinales. Notre programme quotidien était à base de : – Copieux petit-déjeuner vitaminé, avant de succomber à l’appel des vagues, – Petite pause café, après l’effort, le réconfort…toujours en gardant un oeil sur la marée descendante, – Session de surf au coucher du soleil (la meilleure), avant de …

Partager
#vanlife godfather

Foster Huntington, the #vanlife godfather

Partager

C’est l’histoire d’un mec qui a décidé de donner un coup de volant dans sa vie. Un mec qui a choisi de ne pas s’embarquer sur l’autoroute, pour lui préférer les jolies petites routes. Un paquet de mecs en parle, rares sont ceux qui le font, et encore plus ceux qui le font bien et le partagent avec un talent et succès énervant. L’histoire de ce mec est jolie et rose comme un coucher de soleil sur les confins de l’Oregon. Foster s’emmerde sec dans une fac paumée du Maine dans laquelle il est arrivé sans trop le vouloir. Il trompe son emmerdement en sortant A Restless Transplant, un blog vite repéré par un designer de Ralph Lauren qui lui propose un job à New-York. Trop de temps passé derrière un bureau achève de l’emmerder, et l’incite à travailler sur un projet personnel, The Burning House.  Ce blog photo matérialo-minimaliste d’inspiration Wabi-sabiste (!) est à son tour rapidement repéré par une maison d’édition qui lui propose d’en tirer un livre. Foster encaisse l’avance de pognon et la décaisse aussitôt pour s’acheter un van (VW Synchro), …

Partager
Cotentin by François M.

Les anciens frappent (encore) la route – par François M.

Partager

Pour dignement fêter les 70 ans de notre ami JC, il nous fallait trouver une idée qui sorte des sentiers battus. Pour rompre avec la traditionnelle fiesta de la décennie, nous avons préféré lui concocter une petite surprise façon maison : ses 8 meilleurs copains (auto-proclamés) « sagement » assis à bord d’un minibus en partance imminente pour la pointe du Cotentin ! Nous avons ainsi pu partir tous ensemble (sans les moins bon meilleurs copains) et vivre une aventure de potaches avec rires et chansons (pas la radio)… Notre route a été judicieusement jalonnée de sacrées bonnes bouffes, pour lesquelles seul un chauffeur était condamné à l’abstinence alcoolistique (a coup sûr LE meilleur ami). La découverte du Cotentin, cette région de France si injustement méconnue nous a offert un dépaysement extraordinaire : ses landes qui vous conduisent en Ecosse, ses prairies et ses falaises en Irlande, ses charmants petits ports dans les Cornouailles britanniques et ses immenses plages bordées de dunes en Californie… Sans oublier ses restaurants qui vous ramènent en France. Le soir, …

Partager
First time

Humeur de Van – par Kiki B.

Partager

Et si le voyage en Van n’était finalement qu’un retour a une réalité oubliée. Une réalité estompée par notre société moderne et ses murs d’écrans omnipotents, ses night-clubs bondés et tous ses plaisirs futiles nous éloignant de jouissances perdues comme regarder un ciel étoilé ou se laisser tomber dans une pleine nature. Et si finalement, le voyage en Van n’était qu’un retour a ces jouissances oubliées : pas seulement l’alpha ou l’oméga du voyage, mais bien l’alpha ET l’oméga ! Voyager en Van c’est revenir au plaisir simple et dépouillé de tout subterfuge bidon: tu tournes la clé et ça y est, tu voyages. Parce que finalement c’est ça le voyage en Van, on arrête de s’emmerder a prendre le bus pour aller a l’aéroport, faire un check in pour prendre un autre bus qui va t’amener dans l’avion, qui prendra à son tour route sur l’asphalte pour finalement t’envoyer en l’air. Le voyage en Van s’est court-circuiter cette débauche de transport pour revenir a Un, l’ultime, le vrai. Qui n’a jamais rêvé d’être un escargot, de pouvoir transporter sa maison. Mon véhicule est mon chez …

Partager
Gold of Bengal

Nomade des Mers, ou l’aventure des low-tech

Partager

Le projet Nomade des Mers tire ses racines dans le végétal. Des racines de végétal, jusque là tout va bien. 2009. Corentin de Chatelperron travaille au Bangladesh dans un chantier naval, et, comme tout bon ingénieur digne de ce nom, réfléchit. La fibre de verre, matériau “incontournable” de la construction de bateaux, ne nourrirait-elle pas les racines du mal? Corentin songe a remplacer ce composite importé, cher et polluant par de la fibre de jute. Le jute (Corchorus capsularis L.), denrée locale et abondante, possède en effet des caractéristiques techniques étonnantes. Sciences appliquées oblige, Corentin doit transposer ses réflexions théoriques à la pratique, et construit le premier bateau associant fibres de verre et de jute (60/40). Sciences appliquées? Il rejoint en solitaire la France depuis le Bangladesh sur ce petit voilier, lors d’une petite balade de 186 jours et 9 000 milles (16 700 km kilomètres). “L’aventure de Tara Tari” lui permet de gagner en crédibilité et notoriété pour fonder Gold of Bengal. De ce projet de R&D autour du jute nait en 2013 un second bateau 100% composé d’agrocomposite renforcé en fibres naturelles de jute. …

Partager
bocaux

Le pourquoi du bocal

Partager

Un voyage en van ça se prépare. C’est de la logistique. Comme un départ en bateau. Vous ne partiriez pas en mer sans vivres, et bien là c’est pareil vous ne partez pas sur la route sans avitaillement! Bon, ce constat fait… que charge-t-on? Alors on n’est pas sur un bateau de course, à couper les manches de nos brosses à dents pour s’alléger : on a de quoi charger du lourd! Et si on manque de place, on largue du lest (des fringues, on a toujours trop de fringues) : parce que  la boustifaille c’est vitale. Une question de survie. Si par exemple vous randonnez dans la belle mais humide campagne anglo-saxone , et que vous ne pouvez donc dignement pas vous tourner vers un restaurant local (sanglier bouilli oblige), alors votre salut tient de votre cuisine embarquée. Et si on ne parle pas Haute-Cuisine, ou Gastronomie, on cause “bonne bouffe” tout de même! Et, fourbu mais heureux, quoi de plus réjouissant qu’entendre mijoter un bon plat en sauce à l’heure de l’apéro, pendant que le soleil se couche derrière les montagnes (ou …

Partager
L'usage du monde

L’usage du monde, Nicolas Bouvier

Partager

L’Usage du monde est récit de la route, un récit de flâneries itinérantes en Fiat 500 Topolino, vécues au milieu du siècle dernier entre Yougoslavie et Afghanistan par l’auteur et son ami peintre Thierry Vernet . C’est également un récit de voyage initiatique, un récit de jeunesse – Nicolas Bouvier n’a que 25 ans – mais qui marie étonnamment envolées poétiques, réflexions intellectuelles et vie réelle “sur le dur”, à l’instar des plus grands récits du genre. “Être privé du nécessaire stimule, dans certaines limites, l’appétit de l’essentiel.” “La vertu d’un voyage, c’est de purger la vie avant de la garnir.” “Il faut vraiment qu’une civilisation campagnarde soit dans sa fleur pour qu’on vous y parle des femmes avec ce ton de mystère. Avec ses filles halées, son linge frais empesé, ses chevaux au pâturage et le voisinage des Tziganes pour servir de levain à cette pâte, Bogoiévo-des-Paysans avait bien de quoi être heureux.” “Le temps de quelques cigarettes, ils allaient faire gémir leurs cordes pour le simple plaisir de se mettre l’âme à l’envers.” “Ils écoutaient les …

Partager