Month: mai 2016

Islander [1/2] – laine, cornes & langoustines

Partager

Parmi les 2800 habitants de l’île de Mull, il y a la famille Corbett. Jim & Patience sont propriétaires d’immenses terres sur lesquels pâturent moutons et vaches depuis presque un centenaire. Leur fils Tom et sa femme Flora nous accueillent quelques jours pour partager leur quotidien. Ici les routes sont à double sens mais principalement à voie unique. Il y a donc tous les 300 mètres un renfoncement pour permettre de se croiser. Comme une danse orchestrée, les véhicules vont d’un côté ou de l’autre de la route en se saluant courtoisement. En approchant “Lochbuie” le chemin s’escarpe davantage. A son extrémité nous découvrons une baie splendide entourée de montagnes tourbées. Sur la plage, des vaches “highlands” prennent le soleil. De nombreuses cornes pointues se retournent sur notre passage, et l’on devine à peine leurs yeux sous leurs longues mèches rousses qui chatouillent leurs naseaux. Nous zigzaguons entre les moutons pour arriver à “Laggan”, la maison de Tom, Flora et leurs enfants Grace et Harry. Le soleil s’invite au tableau, rien ne manque à cette carte …

Partager

Tweedy Eddie D.

Partager

Ardara est la capitale irlandaise du tweed. Le tweed est un assemblage de laine, non pas tricoté main grâce à des aiguilles, mais tissé avec un « loom ». Eddie Doherty nous accueille dans son atelier et magasin pour nous expliquer son travail ancestral. Tisserand depuis 1956, il a maintenant 70 ans et croule sous les demandes du monde entier. Il est en effet le dernier tisserand traditionnel d’Irlande, et l’un des derniers au monde. Ses confrères sont tous passés aux machines actionnées mécaniquement. Leur rendement est supérieur à celui d’Eddie mais personne n’est dupe, le point n’est pas le même, les fils ne sont pas aussi bien serrés. Tout en nous expliquant il grimpe sur son gigantesque métier à tisser et actionne sa machine. C’est un engin de bois de 2 mètres de large et presque tout autant de profondeur qui peut tisser jusqu’à 12000 fils en même temps. Un « Heath Robinson contraption of wood » selon lui. Comprenez une machinerie farfelue en bois à la Heath Robinson. Les bandes de roulements s’actionnent, …

Partager

Scones façon Mairead

Partager

Mairead vit à Bunbeg avec ses trois enfants et son chien croisé Jack Russel “nibbles”. Nos chaussures apprennent à leurs dépends que cela signifie “grignoter”. Mairead est une ancienne professeure des écoles Montessori, méthode éducative alternative. Elle nous explique que pour elle il est primordial de “laisser vivre” les enfants sans les couver à outrance, et de les faire sortir le plus souvent possible pour ne pas les scotcher devant les écrans omniprésents. Ce soir les enfants de Mairead sont absents mais elle a des invités : Elaine et sa fille de 13 ans Sarah. Cuisine entre femme donc ce soir. INGREDIENTS 225g de farine 150ml de lait une pincée de sel 25g de sucre 25g de beurre 1 oeuf RECETTE Versez la farine dans un saladier puis ajoutez le sucre, le beurre et le sel. Malaxez soigneusement avec vos doigts et non vos paumes pour créer un mélange homogène et très fin comme du sable. Incorporez progressivement le lait en mélangeant avec un couteau. Une fois que cela forme une belle pâte, faites-en une boule …

Partager

Un breton en Irlande

Partager

Erwan est un breton de 25 ans. Un breton de Belle-île en plus, il y en a peu ! Nous l’avons rencontré à bord du ferry entre la Bretagne et l’Irlande. Nous avons étudié la carte irlandaise ensemble entre deux insomnies allongés sur la moquette. Erwan a plusieurs identités : breton déjà ; saisonniers en restauration ; investigateur de “sound system” internationaux ; plombier ; futur soudeur offshore ; et plus récemment mordu de surf. Il a commencé le surf il y a deux ans et ne peut plus s’arrêter depuis. Il a pris 10 jours de congés, 4 jours en Bretagne et 6 en Irlande à la recherche des spots les plus prisés. Il voyage dans une petite 205 blanche aménagé rudement mais efficacement. La banquette arrière est couchée le siège passager aussi laissant pile la place pour glisser ses deux planches de surf bien cachées sous un drap blanc. Derrière le siège passager il y a un matelas mousse. Quand c’est l’heure de dormir il couche le dossier de son siège en entier, étend son matelas jusqu’au …

Partager
Patrick is Irish

Patrick is Irish

Partager

Cead mile failte. 100 000 bienvenus en gaélique. Nous sommes arrivés en Irlande ce dimanche 08 mai sans avoir réellement officialisé le petit nom que nous avons réservé à notre van. Pourtant la décision date du jour de notre départ. Patrick. Sans trouver notre bonheur dans vos gentilles et loufoques propositions 😉 nous nous sommes mis en quête d’un prénom à la fois bien français, mais avec une prononciation simple pour nos amis européens. Certes, mais pourquoi Patrick nous diriez-vous ? Et bien c’est simple comme bonjour : le modèle du van est un “california coast” a qui on a greffé des planches de surf. Surf + Californie = Point Break. Point Break = Bodhi = Patrick Swaze. Patrick. Elémentaire ! Nous sommes donc arrivés en Irlande à bord de Patrick ce dimanche 08 mai, en saluant respectueusement son patron… Saint Patrick ! Si nous autres français le connaissons surtout pour sa fête du 17 mars à laquelle nous buvons des Guiness tout de vert vêtus, il est surtout connu outre manche pour avoir converti l’Irlande au christianisme au …

Partager

Des abeilles & du lait

Partager

Depuis l’âge de 10 ans Pierrick trait des vaches. Sur son exploitation ils sont deux, lui et sa compagne Aurélie. Aurélie était apicultrice professionnelle, mais depuis 2013 elle est « conjoint collaborateur » et s’occupe donc, avec Pierrick des 50 vaches à traire. Deux traites par jour, 5 à 10 minutes de traite par vache. « Pas de veau pas de lait » nous explique Pierrick. En effet, il faut que la vache vêle pour produire du lait, il y a donc également des veaux sur l’exploitation et ils nous regardent d’un air ébailli. Selon leur sexe, ils seront vendus ou assureront la relève de leur mère. Ici les vaches sont Bretonnes, Jersiaises ou Holsteins, et parfois même « Kiwi » (croisement initié par les néo-zélandais). Le lait est récolté dans des cuves de 3000L et sera vendu au transformateur / distributeur « Biolait ». Car aujourd’hui est un jour spécial, le lait de Pierrick et Aurélie devient bio ! Il a fallu deux ans pour décrocher le précieux label. Adieu pesticides et engrais, bonjour …

Partager