Author: jteyssier

bocaux

Le pourquoi du bocal

Partager

Un voyage en van ça se prépare. C’est de la logistique. Comme un départ en bateau. Vous ne partiriez pas en mer sans vivres, et bien là c’est pareil vous ne partez pas sur la route sans avitaillement! Bon, ce constat fait… que charge-t-on? Alors on n’est pas sur un bateau de course, à couper les manches de nos brosses à dents pour s’alléger : on a de quoi charger du lourd! Et si on manque de place, on largue du lest (des fringues, on a toujours trop de fringues) : parce que  la boustifaille c’est vitale. Une question de survie. Si par exemple vous randonnez dans la belle mais humide campagne anglo-saxone , et que vous ne pouvez donc dignement pas vous tourner vers un restaurant local (sanglier bouilli oblige), alors votre salut tient de votre cuisine embarquée. Et si on ne parle pas Haute-Cuisine, ou Gastronomie, on cause “bonne bouffe” tout de même! Et, fourbu mais heureux, quoi de plus réjouissant qu’entendre mijoter un bon plat en sauce à l’heure de l’apéro, pendant que le soleil se couche derrière les montagnes (ou …

Partager
L'usage du monde

L’usage du monde, Nicolas Bouvier

Partager

L’Usage du monde est récit de la route, un récit de flâneries itinérantes en Fiat 500 Topolino, vécues au milieu du siècle dernier entre Yougoslavie et Afghanistan par l’auteur et son ami peintre Thierry Vernet . C’est également un récit de voyage initiatique, un récit de jeunesse – Nicolas Bouvier n’a que 25 ans – mais qui marie étonnamment envolées poétiques, réflexions intellectuelles et vie réelle “sur le dur”, à l’instar des plus grands récits du genre. “Être privé du nécessaire stimule, dans certaines limites, l’appétit de l’essentiel.” “La vertu d’un voyage, c’est de purger la vie avant de la garnir.” “Il faut vraiment qu’une civilisation campagnarde soit dans sa fleur pour qu’on vous y parle des femmes avec ce ton de mystère. Avec ses filles halées, son linge frais empesé, ses chevaux au pâturage et le voisinage des Tziganes pour servir de levain à cette pâte, Bogoiévo-des-Paysans avait bien de quoi être heureux.” “Le temps de quelques cigarettes, ils allaient faire gémir leurs cordes pour le simple plaisir de se mettre l’âme à l’envers.” “Ils écoutaient les …

Partager