Articles phares, Exploring Norway 2018
Leave a comment

Bergen x Dalekvam : un héritage historique

Partager

Évacuons tout de suite le sujet qui fâche, Bergen n’est pas faite pour être visitée en voiture, de l’aveu même de ses habitants ! Et encore moins en van avec un coffre de toit. Les rues proches du centre sont toutes payantes et limitées à 1 ou 2h max (sauf le dimanche) ou réservées aux riverains, les parkings sont tous couverts et limités en hauteur (2m pour la plupart). Certains poussent même le vice à afficher une première limite haute à l’extérieur, avant de limiter bien plus bas à l’intérieur.
Autant vous le dire, cette première étape est un véritable parcours du combattant !

Mais, une fois le van posé, quel bonheur de pouvoir arpenter ce magnifique centre-ville animé ! Pour le pèlerinage (nous étions là il y a 3 ans pour notre tout premier voyage en amoureux), nous avons commencé par retourner dîner au restaurant Pingvinen, sorte de pub gastronomique proposant des mets typiques du pays. Un pur régal en toutes saisons, des plats à la sélection de bières d’ici et d’ailleurs.

Ça, c’était pour le petit côté nostalgique. Mais ce qui nous intéressait surtout de découvrir, c’était le Fisketorget, le fameux marché aux poissons du centre-ville, ouvert tous les jours de la semaine pendant l’été. Arrivés en milieu de matinée, nous nous sommes d’abord dirigés vers le Kaffemisjonen, un café un peu à l’écart très prisé par les locaux, et notamment par les baristas, mais délaissé des touristes, donc plutôt calme et proposant des boissons chaudes délicieuses (le latte vaut le détour !).

Puis ce fut le plongeon dans l’effervescence du marché aux poissons. Des produits frais, tout juste pêchés (en général !), sont préparés devant vous. Les assiettes sont magnifiques, les parfums rivalisent d’intensité. Des sushis aux fish and chips en passant par la paella, les sandwiches aux crevettes, les pavés de saumon, tout donne envie de goûter, que ce soit à l’intérieur des halles Mathallen, probablement plus huppées, aux étals extérieurs plus populaires où s’agglutinent les touristes. Notre choix a été vite fait, on a aimé l’ambiance survoltée mais bon enfant du marché. Il nous a fallu évidemment faire preuve d’un peu de patience afin de quérir notre pitance mais rien de bien méchant. Nous avons pour notre part attendu une bonne dizaine de minutes pour notre assiette de fish and crevettes and calamars and chips, (comptez environ 240 NOK soit 25 euros), que l’on a par la suite dégustée à deux sur les tables installées sous les barnums. Un vrai régal avant de dire au revoir à cette si jolie ville.

Mais les adieux ne sont pas toujours synonymes de tristesse, surtout quand la prochaine étape au programme fait partie de celles qui vous tiennent particulièrement à cœur. Notre rendez-vous à Dale était de celles-là.

A quelques dizaines de kilomètres au nord-est de Bergen, Dalekvam est une petite ville qui ne paye pas de mine. Qui ne ressemble même pas à grand chose. Dans laquelle on n’aurait pas forcément idée de s’arrêter, et qui d’ailleurs n’existerait tout simplement pas (littéralement), si ce n’était pour une chose : l’usine Dale of Norway.

Comme nous, quand vous pensez à la Norvège et à ses habitants dans leurs habits traditionnels, vous les imaginez peut-être portant des pulls parés de beaux motifs. Et bien sachez que ces pulls ont une source. Et du coup, on ne pouvait pas ne pas y aller. C’est aussi là qu’il est utile de pouvoir user de tout le poids de We Van et de Mercedes quand il s’agit de négocier une visite privée, et totalement exceptionnelle, de l’usine et des ateliers de Dale of Norway, guidée par Gard Strand, manager du magasin d’usine, qui a eu l’extrême gentillesse de répondre à toutes nos questions. Et de rire à nos blagues. Ce n’est pas rien.

L’histoire de la marque est une folle épopée, de sa création en 1879 par Peter Jebsen, un industriel visionnaire (sa biographie est incroyable !) qui décide d’utiliser l’énergie de la cascade pour alimenter son usine. à nos jours, cette dernière n’ayant jamais cessé de fonctionner depuis. De 1250 ouvriers, elle n’en compte plus que 80, qui assurent toute la production, du design à l’assemblage à la main des pièces tricotées par des machines.
Outre un savoir-faire incomparable, toute la beauté des produits de la marque réside dans sa capacité à incorporer des motifs pluri-centenaires dans ses designs modernes. Ce qui fait encore aujourd’hui sa renommée, et lui a permis de devenir, entre autres, le fournisseur des équipes de ski alpin et nordique de Norvège pour les Jeux Olympiques depuis les années 50. Elle a également été choisie pour créer la ligne de pull-overs officielle des JO…

Et elle n’a même pas fini de grandir ! Rachetée cette année par une marque française d’équipement d’hiver dont nous tairons le nom, mais dont l’emblème est un rossignol, sa production annuelle, entre 110 000 et 130 000 pièces, est toujours en augmentation selon Gard, qui nous expliquait que le temps moyen de production d’un pull allait de 15 à 30 minutes !

Alors effectivement, la qualité a un prix (comptez entre 200 et 400 euros pour un pull), et pour notre part nous avions envie de tout acheter (ce qui n’était bien évidemment pas envisageable si l’on voulait continuer notre périple). Peut-être parce que nous avions vu l’envers du décor, vu à quel point la production était minutieuse, constaté la passion de Gard pour les designs et le savoir-faire de la marque, et aussi tout simplement parce que les produits finis sont sublimes ! Heureusement, il y a des bonnes affaires à réaliser dans le magasin d’usine. Et pour le coup, nous avons opté pour la ligne de pulls produite pour l’équipe de Norvège de ski de fond. De la belle ouvrage !

Carnet de Route

Où boire un vrai bon café ?

Kaffemisjonen
Øvre Korskirkeallmenning 5, 5017 Bergen
La référence pour les baristas de la ville !

Où manger local ?

Pingvinen
Vaskerelven 14, 5014 Bergen
Pour déguster des bons petits plats faits maison et comme à la maison !

Fisketorget i Bergen
Sur le port, face à Bryggen, 5014 Bergen
Entrée gratuite
Ouvert tous les jours de 8h à 23h de début mai à fin septembre
Les halles quant à elles restent ouvertes l’hiver.

Où acheter un pull traditionnel norvégien ?

Dale of Norway
Sandlivegen 2, 5722 Dalekvam
Un véritable héritage historique pour la Norvège et le magasin d’usine recèle de bonnes affaires pour pouvoir se faire plaisir !

La Map Drive Your Adventure – Exploring Norway 2018

Parce que vous avez été nombreux à nous demander nos bonnes adresses et le nom/numéro des routes que l’on emprunte, on s’est dit que l’on allait vous mettre à dispo une carte qui retrace au jour le jour notre itinéraire en Norvège.. on y joint même quelques annotations pour compléter tout bien chaque stop ! Entre ça et notre partie Carnet de Route à chaque fin d’article ici sur le blog, vous devriez être bien armés pour organiser votre futur road trip !

 

Retrouvez également la map juste ICI

 

Partager

Laisser un commentaire