Articles phares, Exploring Norway 2018
Leave a comment

“Cap Sud” Frank et le phare de Lindesnes

Partager

Chez Roammates, on a l’art du contre-pied, et le Cap Nord, c’était beaucoup trop mainstream pour nous. Du coup, on s’est dit qu’on irait plutôt jeter un coup d’œil au “cap sud”, plus précisément au phare de Lindesnes, le plus vieux de Norvège construit en 1655.

Comme chacun sait (souvenez-vous de vos cours d’histoire au collège, ça va revenir), les Vikings étaient un peuple de marins aguerris (et ne portaient pas de casques à cornes, ça aussi vous le saviez). Et naturellement, le passage entre le Danemark d’un côté, et la Suède et la Norvège de l’autre, était très usité. Et il l’est resté, d’où l’utilité de le baliser scrupuleusement. Pourquoi de ce côté-là et pas de l’autre ? C’est une question que nous avons posée à Frank !

Nous avons effectivement eu la chance de rencontrer l’un des deux gardiens du phare de Lindesnes, les derniers de Norvège ! Et il avait évidemment des réponses à nous donner, malgré un emploi du temps chargé puisqu’il s’agissait du dernier jour de son service mensuel de deux semaines, avant de s’en retourner à Lyngdal vers son épouse, son enfant et ses hobbies pour les deux semaines suivantes. Mi-temps au phare, mi-temps à chasser, pêcher… Bien joué Frank !

L’importance de ce phare réside évidemment dans sa situation géographique, à l’extrême sud du pays. C’est donc par rapport à lui que les bateaux se repèrent, plutôt que de se rapprocher de la côte danoise où les fonds marins sableux sont plus hauts et présentent un danger plus important. Merci Frank !

Deuxième question, comment devient-on gardien de phare ? On imagine qu’il n’y a que très peu d’écoles spécialisées… Et en effet, Frank, 34 ans, est charpentier de formation ! “J’ai eu envie de changer de vie, j’ai postulé pour ce poste, et le profil recherché était justement celui de quelqu’un qui savait se débrouiller avec des outils”, nous a-t-il expliqué. Car les devoirs du gardien de phare moderne sont divers, et vont du jardinage à l’entretien de l’équipement technique. Et pourquoi  s’agit-il du dernier phare opéré manuellement ? Parce que ses gardiens doivent également effectuer des relevés météorologiques quatre fois par jours et les envoyer à l’institut météorologique norvégien. Une réponse qui coule de source !

En tout cas, Frank s’est avéré être une sympathique rencontre. Voire même un brin atypique. En témoigne son meilleur souvenir en poste au phare, une tempête en décembre 2017 lors de laquelle des vagues de 25 mètres se sont abattues jusque sur le toit de sa maison… Par chance, nous avons pour notre part pu discuter une bonne demi-heure avec Frank au soleil. N’hésitez pas à frapper à la porte s’il vous arrivait de passer à Lindesnes. Au vu du roulement par quinzaine entre les gardiens, vous avez une chance sur deux de pouvoir passer le bonjour à Frank. Ou de devenir temporairement son voisin, puisque la petite cabane rouge attenant à sa maison peut être louée, il vous suffit de vous rendre sur ce lien .
En évitant éventuellement le mois de décembre…

Partager

Laisser un commentaire