Articles phares, Exploring Europe 2016
comments 2

Des abeilles & du lait

Partager

Depuis l’âge de 10 ans Pierrick trait des vaches. Sur son exploitation ils sont deux, lui et sa compagne Aurélie. Aurélie était apicultrice professionnelle, mais depuis 2013 elle est « conjoint collaborateur » et s’occupe donc, avec Pierrick des 50 vaches à traire. Deux traites par jour, 5 à 10 minutes de traite par vache.

La ferme de Poulfang_1

© Bertrand Lanneau

« Pas de veau pas de lait » nous explique Pierrick. En effet, il faut que la vache vêle pour produire du lait, il y a donc également des veaux sur l’exploitation et ils nous regardent d’un air ébailli. Selon leur sexe, ils seront vendus ou assureront la relève de leur mère. Ici les vaches sont Bretonnes, Jersiaises ou Holsteins, et parfois même « Kiwi » (croisement initié par les néo-zélandais).

La ferme de Poulfang_2

© Bertrand Lanneau

Le lait est récolté dans des cuves de 3000L et sera vendu au transformateur / distributeur « Biolait ». Car aujourd’hui est un jour spécial, le lait de Pierrick et Aurélie devient bio ! Il a fallu deux ans pour décrocher le précieux label. Adieu pesticides et engrais, bonjour lait de qualité ! A la ferme de Poulfang la démarche qualité ne s’arrête pas là. Ils sont à l’origine d’un projet de société coopérative d’intérêt collectif afin de fédérer les producteurs locaux.

La ferme de Poulfang_3

© Bertrand Lanneau

L’objectif est d’ ouvrir un point de vente à Quimperlé pour centraliser les produits et faciliter leur accès aux consommateurs. Pierrick précise : « tu fais de la cochonnerie locale, c’est local, mais c’est de la cochonnerie quand même », et c’est pour cela que les producteurs fédérés doivent respecter une charte, gage de qualité des produits.

La ferme de Poulfang_4

© Bertrand Lanneau

A la ferme de Poulfang on ne manque pas d’activité : Victorien, le fils de Pierrick participe aussi, il est au champ en train de semer. Aurélie sort les chèvres, jette un œil aux canards, oies, poules, lapins et nous emmène voir ses ruches. La mortalité récente des abeilles rend le métier difficile. Certaines ruches sont encore sur leur propriété mais d’autres sont accueillies dans les jardins voisins.

La ferme de Poulfang_5

© Bertrand Lanneau

Nous voilà donc chez Paul qui accueille deux ruches en échange de quelques pots de miel. Nous enfilons nos tenues de cosmonautes et partons vérifier la santé des colonies. La première est jeune mais se porte bien. On observe les alvéoles, le miel, le couvain gorgées d’œufs et de larves. Dans la seconde ruche ça bourdonne lourdement, il y a beaucoup plus de monde. Tellement de monde qu’Aurélie va diviser la colonie pour en créer une seconde « à au moins trois kilomètres à vol d’abeille » sinon elles retrouvent le chemin de l’ancienne ruche et abandonnent leur nouvelle demeure.

La ferme de Poulfang_6

© Bertrand Lanneau

De retour à la ferme, nous nous quittons en dégustant le jus de pomme d’Aurélie. Et oui ,Aurélie fait aussi du jus de pomme « en complément ». Elle récupère les pommes non utilisées des vergers alentours, presse, pasteurise puis vend sur les marchés. Le jus de pomme est un délice, nous vous le conseillons vivement ! Pour vous en procurer, ainsi que du miel, des oeufs et du lait, vous pouvez rencontrer Aurélie et Pierrick qui vendent à la ferme, sur les marchés et bientôt (on l’espère) dans un joli local éco-solidaire à Quimperlé !

La ferme de Poulfang
Poulfanc, 29300 quimperlé
lafermedepoulfang@yahoo.com


[Sur la route, au 47°50’52.0″N et 3°33’46.5″W]

Partager

2 Comments

  1. Lili says

    Belle plume, belles photos, belle ferme, belle initiative.. Je leur souhaite que le meilleur pour tous leurs projets courageux et positifs pour l’avenir. Et à vous deux, je vous souhaite belle route. C’est tellement un plaisir de vous lire, j’ai hâte d’avoir la suite du voyage…

  2. Marion says

    J’aime ce premier article de votre périple! Ça donne envie de venir se ravitailler chez eux! Belle continuation sur les routes les copains.

Laisser un commentaire