Articles phares, Vanlife
Leave a comment

Humeur de Van – par Kiki B.

First time
Partager

Et si le voyage en Van n’était finalement qu’un retour a une réalité oubliée. Une réalité estompée par notre société moderne et ses murs d’écrans omnipotents, ses night-clubs bondés et tous ses plaisirs futiles nous éloignant de jouissances perdues comme regarder un ciel étoilé ou se laisser tomber dans une pleine nature.

Pleine nature

Figure 1 – La joie d’etre Soi

Et si finalement, le voyage en Van n’était qu’un retour a ces jouissances oubliées : pas seulement l’alpha ou l’oméga du voyage, mais bien l’alpha ET l’oméga !

Voyager en Van c’est revenir au plaisir simple et dépouillé de tout subterfuge bidon: tu tournes la clé et ça y est, tu voyages. Parce que finalement c’est ça le voyage en Van, on arrête de s’emmerder a prendre le bus pour aller a l’aéroport, faire un check in pour prendre un autre bus qui va t’amener dans l’avion, qui prendra à son tour route sur l’asphalte pour finalement t’envoyer en l’air.

décollage

Figure 2 – “Ne fais pas l’avion, soit l’avion”, Antoine de Saint-Exupery

Le voyage en Van s’est court-circuiter cette débauche de transport pour revenir a Un, l’ultime, le vrai. Qui n’a jamais rêvé d’être un escargot, de pouvoir transporter sa maison. Mon véhicule est mon chez moi, ma carapace est mon habitat. C’est aussi ça le Van.

On ne pourrait pas parler de Van sans parler de plaisir de vivre, plaisir des mets simple mais raffinés, plaisir de la boisson, plaisir de la chair. Car le Van permet de déclencher l’Instant « Apéro » à la rencontre DU spot. Cet endroit où la pause doit être marquée par la beauté d’un lieu, l’instantanéité d’une lumière. Tu arrêtes le Van, et tu kiffes. Tu prends ta dose de kif, en pleine gueule.

Apéro

Figure 3 – Se faire mousser

Tout ce texte est affreusement décousu mais n’est que le reflet d’une spontanéité maladroite, aux lendemains d’une défloraison heureuse d’un premier voyage en Camper Van. Et celui du désir, impatient et touchant, de remettre le couvert à peine son souffle repris.

Kiki.

Partager

Laisser un commentaire