Articles phares, Cooking the Van
Leave a comment

Le pourquoi du bocal

bocaux
Partager

Un voyage en van ça se prépare. C’est de la logistique. Comme un départ en bateau. Vous ne partiriez pas en mer sans vivres, et bien là c’est pareil vous ne partez pas sur la route sans avitaillement! Bon, ce constat fait… que charge-t-on?

Alors on n’est pas sur un bateau de course, à couper les manches de nos brosses à dents pour s’alléger : on a de quoi charger du lourd! Et si on manque de place, on largue du lest (des fringues, on a toujours trop de fringues) : parce que  la boustifaille c’est vitale. Une question de survie. Si par exemple vous randonnez dans la belle mais humide campagne anglo-saxone , et que vous ne pouvez donc dignement pas vous tourner vers un restaurant local (sanglier bouilli oblige), alors votre salut tient de votre cuisine embarquée. Et si on ne parle pas Haute-Cuisine, ou Gastronomie, on cause “bonne bouffe” tout de même! Et, fourbu mais heureux, quoi de plus réjouissant qu’entendre mijoter un bon plat en sauce à l’heure de l’apéro, pendant que le soleil se couche derrière les montagnes (ou la mer si vous y êtes ; ou l’horizon si vous êtes en plaine).

Mais comment réussir ce coup de maître? Comment cuisiner honorablement dans les quelques mètres carrés qui vous servent également de chambre à coucher, de salle à manger, de salle de bain, de salon et de voiture?

(Vous avez la réponse dans le titre)

bocal

Grâce à la culture, au mode de vie, à la philosophie du bocal! Cette noble technique traditionnelle de conservation s’adapte à la perfection au mode de voyage itinérant en van : vous cuisinez des produits frais de saison chez vous (et salissez donc votre cuisine, pas le van), vos plats travaillés en quantité vous offrent de notables économies d’échelle de temps passé aux fourneaux, et vos bocaux se conservent à la perfection hors du frigo, vous laissant toute la place disponible pour la gestion de vos produits frais.

Quelques bocaux de recettes variées et de qualité à bord, accompagnés d’un petit riz, d’un plat de pâtes, de boulgour, ou quinoa et vous ouvrez votre restaurant itinérant 3* au pied de la falaise (ou de la plage ; ou du champ de blé de votre plaine).

Alors on lave son bocal, on le ramène, et on recommence.

Partager

Laisser un commentaire